Retour forme

Accident  vasculaire cérébral

AVC = Accident vasculaire cérébral

Longtemps nommé apoplexie ou congestion cérébrale, l'accident vasculaire cérébral (AVC) survient lorsqu'une zone du cerveau n'est plus irriguée par le sang, de façon transitoire ou définitive.

 

Mieux connaître l'accident vasculaire cérébral

Les causes
Les causes principales de l'AVC sont l'obstruction d'une artère et l'hémorragie intracrânienne.

L'obstruction d'une artère cérébrale peut être lente et progressive, ou brutale du fait d'un caillot. L'hémorragie cérébrale est habituellement due à la rupture d'un vaisseau fragilisé par l'hypertension, l'athérome, un anévrisme, une malformation ou une tumeur voisine.
Le facteur de risque majeur de l'AVC est
l'hypertension artérielle. L'âge, les maladies cardiaques, le tabagisme, le diabète, l'obésité, les excès de lipides sanguins, l'hérédité sont autant de facteurs qui favorisent les AVC.

 

Les manifestations
Toutes les fonctions du cerveau peuvent être altérées. Tout dépend de la zone dans laquelle se produit le manque d'irrigation. Les manifestations de l'AVC sont donc
d'une extrême variabilité. La conscience n'est modifiée que dans les AVC étendus. Les migraines et les céphalées sont plus fréquentes.

Les signes d'alarme sont variables : troubles de la vue, vertiges, troubles du langage ou de la parole, difficultés pour s'orienter ou s'habiller, amnésie, modification de la personnalité et de l'intelligence.
Une
hémiparésie ou une hémiplégie, c'est-à-dire un déficit moteur et sensitif d'une moitié du corps et de la face, évoque fortement un AVC.

 

L'évolution
De nombreux accidents sont transitoires et régressent en quelques heures. La présence d'AVC transitoires signale cependant un danger d'AVC définitif. Les AVC définitifs entraînent soit le décès soit un état d'invalidité variable selon l'importance et la localisation de la zone cérébrale concernée.

 

QUE FAIT LE MÉDECIN ?

La consultation
L'interrogatoire portant sur la chronologie des troubles est essentiel pour le médecin. L'examen général est centré sur
les fonctions nerveuses et l'appareil cardio-vasculaire.

L'hospitalisation s'impose devant l'existence d'anomalies. Même si les signes d'alarme ont disparu, des examens sont nécessaires.

 

Les examens
Ils ont pour but de déceler une cause directe éventuelle de l'AVC et de choisir son traitement.
Le
bilan sanguin cherche à dépister les facteurs de risque ou une complication telle la déshydratation. Il étudie aussi la coagulation du sang.
Le
bilan cardiaque comprend un électrocardiogramme et une échographie. Un examen Doppler identifie les lésions athéromateuses des artères carotides ou vertébrales.
L'IRM (imagerie par résonance magnétique) est supérieure au scanner dans le domaine de l'AVC. Elle montre directement la localisation et l'étendue exacte des lésions.
L'
artériographie cérébrale est pratiquée quand il semble exister une lésion de l'artère carotide accessible à un traitement chirurgical.

 

Les traitements
Le traitement d'urgence débute par les
mesures de réanimation qui préservent les fonctions vitales. Un caillot est traité soit par un anticoagulant, soit par des thrombolytiques qui le dissolvent.

Une hémorragie cérébrale peut bénéficier de la
chirurgie classique ou radiologique pour obstruer l'artère rompue ou évacuer un hématome.

Le traitement des AVC constitués associe médicaments et lutte contre les facteurs de risque pour prévenir les récidives. Une rééducation physique ou orthophonique peut réduire les handicaps.

L'ESSENTIEL
  • L'accident vasculaire cérébral est dû à un défaut d'irrigation, transitoire ou définitif, d'une zone du cerveau.

  • L'hypertension artérielle est le facteur de risque majeur.

  • Les symptômes sont sensoriels, sensitifs et/ou moteurs.

  • Le traitement d'urgence associe réanimation et destruction d'un caillot ou occlusion d'une artère qui saigne.

  • La rééducation est une étape essentielle après l'AVC.

 

 

SYMPTÔMES

  • Céphalées, migraines

  • Troubles de l'équilibre, de la vue

  • Troubles inconstants de la conscience

  • Troubles de la parole ou du langage

  • Paralysies sensorielles, sensitives ou motrices

 

 

DÉPISTAGE ET PRÉVENTION

La prévention des AVC repose sur:

  • Le traitement de l'hypertension;

  • La lutte contre le tabagisme, les excès de lipides, le diabète et l'obésité;

  • Le dépistage d'un athérome dans les artères carotides.

 

 

LA MÉDECINE EN PROGRÈS
  • Les progrès de l'imagerie médicale ont permis de mieux choisir les traitements et d'élargir le champ de la neurochirurgie.

  • La thrombolyse n'est appliquée que depuis peu de temps. Elle semble obtenir des résultats supérieurs à ceux des anticoagulants classiques.

  • La radiologie interventionnelle permet de stopper l'hémorragie d'une grosse artère cérébrale en montant une sonde par la carotide sans ouverture chirurgicale.

  • L'angioplastie par sonde de l'artère carotide - pose d'une prothèse de type stent - s'avère prometteuse.

 

Faces inférieures du cerveau et du cervelet. Les différentes artères qui irriguent le cerveau sont reliées entre elles. Si l'une d'entre elles est bouchée, les autres compensent le manque d'afflux sanguin.

 

Source : Guide Santé de la Famille - groupe 5 - fiche 3

^

1'0bjet du Guide Santé de la Famille est de vous apporter un certain nombre d'informations de caractère scientifique et médical, lesquelles, en cas de problèmes affectant votre santé, ne sauraient être substituées à l'avis de votre médecin.