Anti-douleurs,

Anti-fièvre,

Anti-inflammatoires…

 

Comment s'y retrouver ?

L'aspirine soigne depuis des générations nos petits maux quotidiens. Ce médicament centenaire est aujourd'hui concurrencé par d'autres. Quel est son avenir ?
Et quels sont les points forts de ses concurrents ?

 

Mal de tête, de ventre, rage de dents... au moindre bobo, nous avons tous le réflexe aspirine. À croire que l'acide acétylsalicylique, son vrai nom, guérit tout. Cette quasi-panacée, synthétisée en 1897 par Félix Hoffmann, possède quatre propriétés. À faible ou à moyenne dose (500 mg à 2 g par jour), elle est analgésique (c'est à dire anti-douleur) et antipyrétique (anti-fièvre). À dose plus élevée et sous avis médical, c'est un anti-inflammatoire.

Et depuis quelques années, elle est utilisée comme "antiagrégant plaquettaire" (évite la formation de caillots dans le sang). Éternelle première au hit-parade de l'automédication, l'aspirine provoque pourtant des effets secondaires. Notamment c'est avéré - elle augmente les sécrétions acides dans l'estomac, entraînant des maux de ventre. C'est peut-être ce désagrément qui a permis à d'autres molécules dé connaître le succès...

 

Les "challengers"
Doliprane, Efferalgan, Dafalgan... le paracétamol trouve sa place dans les armoires à pharmacie. Tout comme l'aspirine, il soigne les douleurs "légères à modérées" (classification de l'Organisation mondiale de la santé).

Analgésique et antipyrétique, il n'est en revanche pas anti-inflammatoire. Très bien toléré par les enfants et les femmes enceintes, il doit être utilisé avec prudence par les insuffisants hépatiques car il peut fragiliser le foie.

Restent les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), de la famille des salicylés (comme l'aspirine). À faible dose, ce sont de très bons analgésiques et, c'est nouveau, nous pouvons désormais les obtenir sans ordonnance. Cette famille comporte trois molécules: ibuprofène, fenoprofène et kétoprofène. Elles sont utilisées sans ordonnance à 200 mg et sur prescription au-delà. Les AINS existent aussi sous forme de pommades anti-inflammatoires (Nifluril, Ketum, Voltarène et Emulgel). Elles sont prescrites pour les douleurs musculaires et les rhumatismes. Pour calmer des douleurs "modérées à sévères", les médecins prescrivent de la codéine ou du dextropropoxyphène. La codéine, utilisée depuis 1832 pour traiter toux et diarrhées, est depuis 1950 un analgésique très prisé. Ces deux molécules sont souvent associées à des AINS, pour une action complémentaire sur la douleur et l'inflammation.

Les nouveaux atouts de l'aspirine
L'aspirine a encore de beaux jours devant elle. La découverte de son rôle antiagrégant lui a permis de retrouver une seconde jeunesse. De nouvelles spécialités ont été commercialisées pour traiter certaines affections cardio-vasculaires (Aspirine UPSA 325 mg, Solupsan 160 mg). De plus, en prise régulière (sous contrôle médical bien sûr), elle ferait baisser le risque de récidive d'infarctus du myocarde et celui de mortalité par cancer du côlon*. Il est également question de l'utiliser contre la maladie d'Alzheimer**. Pour le moment, les chercheurs travaillent à l'élaboration d'une "super aspirine", plus efficace et encore mieux tolérée. En attendant, n'abusons pas de l'automédication, respectons les dosages. Et, même pour un petit problème, n'hésitons pas à consulter un médecin si les symptômes persistent plus de deux jours.

*   Source: université de Colombus, Ohio et archives of Internai Medicine, janvier 1998.
** Source: Science, mai 1998.

Comment les utiliser ?

Famille Délivrance Utilisation Propriétés Effets secondaires Conseils
Paracétamol
(Efferalgan,
Doliprane,
Dafalgan)
Sans ordonnance

Douleurs légères à modérées sans inflammation : maux de tête, de dents, états grippaux, fièvre, règles douloureuses...

Analgésique
Antipyrétique

Urticaire, prurit, érythème. Plus rarement, accidents hématologiques et hépatiques

A éviter en cas d'insuffisance hépatique. Soulage les douleurs prémenstruelles. Peut être donné sans danger aux enfants en faible dosage (demandez conseil à votre pharmacien) et aux femmes enceintes ou qui allaitent.

Aspirine
(Aspégic, Upsa,
Aspirine du
Rhône)
Sans ordonnance

Douleurs légères à modérées: maux de tête, de dents, douleurs articulaires, fièvre, états grippaux...

Anti-inflammatoire, analgésique et antipyrétique

Irritation de la paroi abdominale, troubles digestifs, nausées, saignement gastrique, ulcère. Possibilité d'allergies.

À éviter : chez les enfants ; les femmes qui allaitent ; pendant la grossesse et en cas d'ulcère gastroduodénal, pendant les règles (il "fluidifie" le sang).

AINS
- Ibuprofène :
(Nurofen, Advil,
Gélufène)
- Fenoprofène
(Nalgésic)
- Kétoprofène
(Profenid)

Sur ou sans ordonnance, selon les dosages

Douleurs modérées à intermédiaires : fièvres, états grippaux, douleurs dentaires, musculaires, articulaires, tendineuses ou ligamenteuses, maux de tête, règles douloureuses...

Analgésique à 200 mg, et également anti-inflammatoire à 400 mg

Douleurs abdominales, diarrhées, nausées, aigreurs d'estomac, urticaire, prurit

A éviter en cas d'ulcère, d'insuffisance hépatique ou rénale. Ne pas donner aux enfants de moins de 15 ans et aux femmes enceintes.
A éviter aussi en cas d'allaitement

Famille Délivrance Utilisation Propriétés Effets secondaires Conseils
Codéine associée
au paracétamol
(Efferalgan
codéine - contient
30 mg de codéine;
Co-Doliprane - contient 20 mg de codéine)

Sur ordonnance pour l'Efferalgan codéine, libre pour le Co-Doliprane

Douleurs modérées à sévères : douleurs articulaires, dorsalgies, lombalgies, sciatiques, douleurs dentaires (suites post opératoires)

Analgésique, antitussif,
(anti-toux)
anti-diarrhéique

Somnolence, vertiges, nausées, constipation, vomissements, difficultés respiratoires

N'utilisez pas ce médicament sans l'avis de votre médecin (et ce, même si vous pouvez l'acheter sans ordonnance).

Dextropro-
poxyphène
Pur (Antalvic) ou
associé à du
paracétamol
(Di-Antalvic,
Propofan)
Sans ordonnance Douleurs modérées à sévères : douleurs articulaires, dorsalgies, lombalgies, sciatiques, douleurs dentaires (suites post opératoires) Analgésique

Nausées, vomissements, constipation, douleurs abdominales, somnolence, euphorie, vertiges

N'utilisez pas ce médicament sans l'avis de votre médecin.

Source : Vidal de la famille, éd. Hachette, 2 vols.

Antiseptiques

Source: Mieux-être au quotidien - n° 8 - Mars 1999

^