Retour

Le bouton de fièvre

Herpès

Le bouton de fièvre ou herpès buccal touche 8 millions de Français. Banal mais souvent douloureux, le virus est très contagieux. Mise au point avec le Dr J.-M. Bohbot*.

 

Le bouton de fièvre est peu contagieux

Il est au contraire très contagieux pour la personne atteinte et son entourage. La contagion se propageant par simple contact, si vous avez un bouton de fièvre, évitez de le toucher ou bien lavez-vous les mains afin d'éviter l'extension de l'infection, surtout aux yeux, ou de contaminer une autre personne.

 

Une fois contaminé, il est impossible de s' en débarrasser

Après la primo-infection, persiste dans l'organisme. Le bouton se présente sous la forme d'un bouquet de petites, vésicules remplies d'un liquide transparent. Lorsqu'elles s'ouvrent et forment une croûte, celle-ci tombe en moins d'une semaine sans laisser de cicatrices. Cependant le virus reste en sommeil dans l'organisme, tapi dans un ganglion nerveux, sans provoquer de symptômes, et ce pendant plusieurs mois.
Puis, sous l'influence de divers facteurs, le bouton réapparaît à la surface de la peau, au même endroit : lèvres, nez ou menton.

Le principal facteur déclencheur est la fièvre, d'où son nom

Un accès de fièvre peut, certes, provoquer la résurgence d'un herpès buccal, mais une très forte émotion, un stress, un accès de fatigue, l'arrivée des règles, un coup de soleil, une baisse des défenses immunitaires peuvent aussi en être la cause. Ce dernier facteur touche, notamment, les, personnes atteintes du sida ou celles prenant des médicaments immunosuppresseurs (anticancéreux, corticoïdes etc.).

 

Le bouton de fièvre peut être transmis par une personne n'ayant pas de bouton

Certes, la contamination se fait par contact direct avec le bouton, mais celui-ci est contagieux dès les premiers signes avant-coureurs de l'éclosion, dès que la sensation de brûlure ou de picotement se fait sentir à l'endroit où le bouton apparaîtra.

 

Le virus peut aussi être transmis par la salive

Ce virus étant très répandu sans donner de symptômes, une personne atteinte du virus de l'herpès peut contaminer son ou sa partenaire par un simple baiser ou bien en partageant son verre mais avec peu de conséquences.

 

Les enfants ne peuvent pas être contaminés

Un enfant, voire un nourrisson, peut être contaminé par le bouton de fièvre d'une personne qui l'embrasse. Mais la primo-infection passe très souvent inaperçue chez le petit enfant. En effet, parfois elle ressemble à une angine qui régresse spontanément. Elle peut également provoquer une inflammation des muqueuses buccales: des érosions ressemblant à des aphtes atteignent l'intérieur des joues, le palais, les gencives qui deviennent rouges et tuméfiés. Les vésicules s'accompagnent de ganglions et souvent de fièvre disparaissant spontanément en dix jours. L'enfant peut être traité avec des bains de bouche antiseptiques et apaisants et avoir une alimentation liquide.

 

Le virus peut aussi atteindre l'œil et revêtir une forme grave

Sous sa i forme superficielle, l'herpès oculaire atteint la paupière. Il touche plus rarement la cornée avec le risque de se transformer en kératite profonde. Dans ce cas, il peut entraîner une opacification du tissu cornéen altérant la vision et nécessitant une greffe de cornée. Mais avec une bonne hygiène quotidienne, le risque est minime.

 

L'herpès buccal peut se transmettre à une autre partie du corps

L'herpès comprend deux types de virus: le type I est responsable de l'herpès buccal et le type II de l'herpès génital. Mais, lors de rapports bucco-génitaux, le type I peut être transmis au niveau génital et le type II au niveau buccal.

 

Aucun traitement ne permet de s'en débarrasser

Mais un antiviral récent, sous forme de crème, peut empêcher une fois sur deux la survenue du bouton de fièvre. Appliquée cinq fois par jour dès les premiers signes d'échauffement de la peau, avant l'éruption du bouton, cette crème soulage la douleur, réduit la durée des symptômes, interrompt, la contagion et permet une cicatrisation plus rapide. (Activir), en pharmacie, non remboursé.

   SUZANNE KESTENBERG
* Spécialiste des MST à l'Institut Fournier, à Paris.

 

Source : Mode & Santé - Mode & Travaux septembre 2001 N° 1210

^