Retour forme

Radicaux libres: un moteur du vieillissement

Comment ça marche ?

Les tests de vieillissement classiques mesurent indirectement dans l'organisme le niveau des dérivés réactifs de l'oxygène, qu'on appelle aussi radicaux libres, et qui sont probablement l'un des moteurs majeurs du vieillissement humain.

A chaque instant, la cellule est le siège d'agressions dues à ces dérivés réactifs.

La plupart sont produits dans la mitochondrie, une minuscule centrale énergétique qui, à partir des nutriments et de l'oxygène , fournit 90% de notre énergie sous la forme d'ATP (adénosine triphosphate) .
Pendant ce processus, un flux d'électrons est transporté à travers la mitochondrie jusqu'à une enzyme qui les livre à l'oxygène et transforme ce dernier en eau. Mais un petit nombre d'électrons <<fuient>>. En se collant à l'oxygène, ils donnent un radical libre, le radical superoxyde , qui peut endommager tous les composants cellulaires, à commencer par la mitochondrie et son ADN, porteur du code génétique .
Avec l'âge, ce processus s'intensifie. Bombardées en permanence par les radicaux libres, les mitochondries accumulent les altérations au niveau de l'ADN. Du coup, leurs composants sont de plus en plus défectueux, la production d'énergie plus basse , les réactions moins <<propres>>. Les radicaux libres fuient à un rythme élevé. Ils peuvent alors percuter l'ADN du noyau, entraînant une perte de fonctions, voire la mort cellulaire.
Source : Sciences et avenir  - Décembre 2000

^