Retour forme

Les réflexes, ces automatismes de l'organisme


Réponses spontanées, non volontaires, à différentes stimulations, ils permettent de réagir immédiatement en cas de danger.

 

Certains réflexes sont dits complexes : ceux qui interviennent dans la respiration, la digestion ou la marche. D'autres sont dits simples : ils nous protègent dans les situations d'urgence (si nous posons la main sur une plaque brûlante, nous la retirons aussitôt). Dans tous les cas, le réflexe met en jeu un circuit nerveux sous contrôle de la moelle épinière.

Un exemple, le réflexe rotulien
Afin de vérifier l'intégrité du système nerveux, le médecin étudie divers réflexes. Le plus connu est le réflexe rotulien. A l'aide d'un marteau spécifique, il donne un léger coup sur le tendon de la rotule, dont le rôle est d'étirer le quadriceps, ce muscle de la cuisse. L'information est transmise par une fibre nerveuse, dite <<sensitive>> jusqu'à la moelle épinière. Pour être analysé le plus vite possible, cet influx nerveux ne va pas jusqu'au cerveau. La commande cérébrale est en effet court-circuitée pour permettre une répons plus rapide et plus efficace. L'influx nerveux repart donc de la moelle épinière par une fibre dite << motrice >> cette fois jusqu'au muscle. Le muscle quadriceps réagit en se contractant, la jambe se redresse. Cet aller-retour direct constitue ce que les médecins appellent l'arc réflexe.

Des maladies les modifient
La diminution ou la disparition des réflexes peut être due à une lésion d'un nerf ou de sa racine. Ces anomalies surviennent en cas d'inflammation de nerfs ou de sciatiques. Plus grave, une lésion de la moelle épinière peut supprimer les réflexes. Une tumeur, ou un accident vasculaire cérébral peuvent les faire augmenter. 

Chez le fœtus aussi

Des circuits réflexes se mettent en place durant la vie intra-utérine. 32 semaines après la conception, certains réflexes dits <<archaïques>> s'installent. Ils existent à la naissance et 

d'ailleurs recherchés lors du premier examen médical qui suit l'accouchement. Ces mouvements automatiques que font les tout-petits (réflexe de marche, de succion, 

d'agrippement, etc.) témoignent du développement de leur système nerveux. Par la suite, ces réflexes archaïques disparaissent normalement, au bout de quelques semaines.

 

Source : Femme Actuelle  - n° 878 - du 23 au 29 juillet 2001

^